Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une cause majeure d'infertilité féminine ; en réalité, le SOPK est la cause la plus courante d'anovulation chronique (lorsque l'ovaire d'une femme ne libère pas d'ovule). On estime qu'au Royaume-Uni, près d'une femme sur cinq présente des ovaires polykystiques1.

  • Le SOPK peut signifier qu'une femme présente de multiples kystes aux ovaires. On pense que cela est dû à un déséquilibre hormonal.
  • Au Royaume-Uni, une femme sur cinq présente des ovaires polykystiques1.
  • Votre médecin sera en mesure de diagnostiquer ce syndrome au moyen d'analyses sanguines et d'un examen du pelvis.
  • Les symptômes peuvent comprendre une prise de poids, une croissance pileuse excessive et des problèmes lors des tentatives de conception.
  • Avec un traitement, la plupart des femmes souffrant d'un SOPK sont en mesure de concevoir1.
  • Les tests d'ovulation peuvent indiquer un résultat erroné si une femme est atteinte de SOPK.

Qu'est-ce que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ?

Les ovaires polykystiques contiennent un grand nombre de « kystes » inoffensifs : il s'agit de follicules contenant un ovule, mais qui ne se sont pas développés correctement. On ne connaît pas la cause exacte du SOPK, mais on pense qu'il est dû à un déséquilibre hormonal : les femmes atteintes d'un SOPK présentent des taux élevés de LH pendant toute la durée de leur cycle.

On estime que plus de la moitié des femmes présentant des ovaires polykystiques n'ont aucun symptôme,1 et certaines femmes ne découvrent qu'elles souffrent de SOPK uniquement lorsqu'elles éprouvent des difficultés à concevoir. Les symptômes, lorsqu'ils sont présents, peuvent varier et être d'une intensité allant de légère à sévère. Ils peuvent comprendre des règles irrégulières ou pas de règles du tout (aménorrhée), une pilosité excessive, une peau grasse, de l'acné, une prise de poids et une dépression.

Pour diagnostiquer un SOPK, un professionnel de santé vous demandera le détail de vos antécédents médicaux afin d'éliminer toute autre cause potentielle pouvant être à l'origine de ces symptômes. Il procèdera également à un examen du pelvis, et une échographie pourra être réalisée afin de détecter les kystes ovariens, le cas échéant ; des analyses sanguines sont également souvent effectuées pour connaître les taux hormonaux.

L'infertilité due au SOPK peut être traitée au moyen de médicaments pour favoriser la fertilité, comme le clomifène. Ce traitement stimule l'hypophyse afin que celle-ci libère une hormone, la FSH, qui entraîne ensuite la survenue d'un cycle menstruel normal avec ovulation. Il est également possible de recourir à des gonadotrophines pour stimuler directement l'ovaire. D'autres traitements existent également.

Ne vous inquiétez pas : avec un traitement, la plupart des femmes atteintes d'un SOPK parviennent à concevoir1.

On m'a diagnostiqué un syndrome des ovaires polykystiques, me sera-t-il plus difficile de tomber enceinte ? Pourquoi ?

Professeur Bill Ledger, Spécialiste de la fertilité

Dans le cas des femmes présentant un syndrome des ovaires polykystiques, il arrive souvent que celles-ci n'ovulent pas, ou du moins pas régulièrement. Les femmes concernées auront des règles irrégulières ou peu fréquentes. Si vous n'ovulez pas, l'ovule n'est alors pas libéré par l'ovaire ; il ne passe pas dans la trompe de Fallope et ne peut donc pas être fécondé et s'implanter dans l'utérus. Il existe de nombreux traitements pour l'anovulation (un cycle au cours duquel aucun ovule n'est libéré) dans le cadre du syndrome des ovaires polykystiques. Ces derniers regroupent la prise de comprimés de clomifène (Clomid) et l’injection de médicaments pour favoriser la fertilité. Votre médecin pourra vous conseiller sur ce sujet et vous orienter vers un établissement spécialisé.

Puis-je utiliser un test d'ovulation ou un moniteur de fertilité si je suis atteinte d'un SOPK ?

La réponse courte est non, car il est probable que vous obteniez des résultats erronés. En effet,les tests d'ovulation et les moniteurs de fertilité ne sont pas conçus pour les femmes souffrant d'anovulation continue en raison d'un trouble hormonal sous-jacent, comme le SOPK.

Les tests d'ovulation Clearblue identifient le début de l'ovulation en détectant un pic de LH supérieur à un taux de base. Les femmes atteintes d'un SOPK peuvent présenter un taux élevé de LH de base ; la fluctuation de la concentration de LH peut ne pas être suffisante pour que le test détecte un pic, et l'ovulation peut ainsi ne pas être indiquée. Ou, le taux de base peut être si élevé qu'il semble que le pic de LH est déjà en cours : le test indiquera une ovulation lors du premier jour de test.

Le Test d'ovulation Clearblue Digital Avancé et le Moniteur de Fertilité Avancé mesurent la concentration d'œstrogène ainsi que celle de LH afin d'identifier davantage de jours fertiles que ne le ferait une mesure seule de la LH. Les femmes atteintes de SOPK peuvent également présenter un taux élevé d'œstrogène de base. Ces femmes peuvent alors voir davantage de jours de « Fertilité élevée » que prévu, ou obtenir un résultat incorrect en raison des taux élevés de LH également observés.

Si vous utilisez des tests d'ovulation ou un moniteur de fertilité, il est possible que vous obteniez des résultats inattendus ; nous vous recommandons de demander conseil à votre prestataire de soins de santé.


Articles connexes